Bonjour bonjour ! J'espère que toutes vous avez bien profité de ce magnifique week-end prolongé sous ce grand ciel bleu ! Moi j'en ai tellement bien profité que... je n'étais pas à notre rendez-vous hebdomadaire pour les cartes hier ! Eh bien ce sera pour la prochaine fois, voilà tout ! Après tout nous avions vous et moi d'autres promenades bien plus passionnantes à découvrir !

Ce matin je vais vous relater un grand moment de gêne pour moi lors d'une séance de scrap le mois dernier : j'avais oublié l'anniversaire de l'une (pardon Corine !), alors que j''avais pensé à celui de l'autre... Hou la vilaine ! Décidément il est grand temps que je le bricole, ce calendrier des anniversaires !

Et donc pour me racheter, au lieu d'une carte j'ai fabriqué pour la misérable scrappeuse lésée (oui, bon, j'exagère... re-pardon Corine !) un petit carnet : elle, au moins, pourra y noter les dates d'anniversaire ! De ma boîte à piou-piou (ICI) il restait juste ce qu'il faut de papier, auquel j'ai ajouté des découpes d'une feuille Fancy Pants, puis une étiquette-maison. Résultat : un cadeau entièrement personnalisé ! Est-ce que je suis pardonnée ?

Je ne serais pas étonnée de devoir en faire d'autres, des carnets : le printemps me met un peu la tête à l'envers, je ne sais plus où en donner (de la tête !), avec ce jardin qui m'émerveille un peu plus chaque jour. Les robiniers sont en fleurs (on les appelle aussi "faux acacias"), leur parfum absolument fabuleux emplit l'atmosphère d'une enivrante senteur de miel ; les premières roses sont là, le chèvrefeuille se prépare, et puis les clématites, les pivoines, les oeillets, même les fraises dont les parfums s'exhalent à la chaleur du soleil... Comment garder la tête froide dans un tel tourbillon ? Qui le voudrait d'ailleurs ?

Alors pour rester dans les couleurs... et surtout dans le thème du retard (!), voici une des cartes que j'avais prévu de vous montrer hier. Elle a été envoyée à la gentille Pascale (Scrapojapon)... en retard bien sûr !

carte_oups

Si je suis en retard demain, ne cherchez pas : je serai les yeux fermés, le nez dans les fleurs, les doigts pleins de terre... Le Paradis, s'il existe, est assurément un jardin !