"La théorie de l'évolution ne peut pas être vraie ; dans un tel cas, les mères de famille auraient quatre mains !"

Je ne sais plus de qui est cette phrase, mais qu'est-ce qu'elle me plaît !

Bon, soyons justes : je ne veux pas justifier mon absence de ces dernières semaines par un manque de temps absolu. De gros soucis de connexion tout d'abord, ensuite d'importants travaux entamés à la maison, en sont en partie responsables : en plein chantier je me sens un peu dépossédée de mes murs, et je trouve difficilement la disponibilité tant pour scrapper que pour blogguer. Nous avons même dormi sans toit (ce qui n'a absolument pas gêné mon sommeil après des journées si bien remplies !) Mais je serais bien vilaine de m'en plaindre : c'est un bonheur, et un privilège, de pouvoir améliorer le confort du nid familial. Pourtant il faut bien le dire, mon état d'esprit en ce moment est plutôt à l'agitation : tant de tâches, pratiques ou administratives, et puis ce beau temps enfin installé... La vie s'agite intensément, et déploie pour me séduire des plaisirs tellement plus tentants qu'un écran d'ordinateur ! Pas de Dt, de marque ou de boutique pour me "rappeler à l'ordre", juste vos gentils messages qui, ces derniers jours, se sont faits plus nombreux pour s'inquiéter de mon silence... Comment résister à tant de gentillesses ? J'ai été étonnée, en retrouvant mon petit blog, de constater que pendant mon absence les visites n'avaient pas cessé, et que même les inscriptions à la newsletter ont continué d'augmenter.  Je ne sais pas pourquoi, le cap des 250 était un passage impressionnant pour moi, comme l'avait été le chiffre des 100 000 visites. Même si je me rends compte -ô vanité !- du côté absolument superficiel de cette réaction !

Les ateliers de la Pâte à Scrap n'ont pas non plus été interrompus. Ce mois-ci nous avons redécouvert avec beaucoup de plaisir un grand classique du scrap : les faux timbres. Et parce que le mois de mai est pour moi rempli d'anniversaire à fêter, j'en ai bien sûr profité pour réaliser quelques séries de cartes. Les premières ont été reçues, je peux donc vous les montrer :

Pour le dire avec des fleurs... (rien que des tampons Artemio)

Pour celles qui seraient désireuses d'essayer, et pour les absentes du mois (oui, il n'y avait pas que moi !), voici juste un petit tuto pour se remémorer la technique.

Disposer des post-it sur une feuille blanche, selon une forme et une taille au choix. Le choix des post-it, c'est pour le côté adhésif. Quant à la forme...

N'est-il pas aussi mignon, le timbres en forme de coeur ? Pour celui-là il faudra prendre la peine de découper un gabarit !

Si je veux, comme  sur les cartes, une série de timbres de même taille, j'attache entre eux les post-it avec un simple papier collant. Ainsi, le gabarit reste fixe... (pour des angles bien droits sans équerre, je positionne sur une feuille quadrillée)

... même quand on le détache de son support :

Et pour le "remplissage", me demanderez-vous ? Auquel je répondrai : "Distress & Co", tout en douceur. Une teinte claire au centre, les bords un peu plus accentués, et puis tamponnage d'un motif, entier ou partiel, toujours avec des couleurs douces. Lorsqu'on enlève les post-it, le bord blanc apparaît bien délimité, il ne reste qu'à le découper aux ciseaux crantés.

En voilà toute une série "animaux" :

Et puis les végétaux :

La collection de fleurs...

... ou de feuillages :

Les thèmes sont innombrables, tout autant que les utilisations possibles. On pourrait y imprimer de petits mots, ou pourquoi pas des lettres qui formeraient un titre. Et quelle jolie déco sur une page ! Si j'osais j'en collerais aussi sur mes enveloppes... Tiens, et pourquoi pas sur celles que je donne au lieu de les envoyer ?!

Je suis bien certaine que vous leur trouverez encore bien d'autres emplois. Toutes les teintes, et tous les styles, sont autorisés. Pour ma part je ne m'en lasse pas et je compte bien ce soir encore jouer les "timbrées" avec celles qui me rejoindront. Qu'on se le dise...

Je n'ose pas vous dire à bientôt, je peux juste croiser les doigts...
Bisous tamponnés,