La neige a fondu dans le jardin... Mais pas sur les photos, je continue donc ma série sur le jardin enneigé, où la vie et la couleur pourtant ne disparaissent jamais tout à fait : les fruits rouges des rosiers (portant le nom très poétique de "cynorrhodons"), les fleurs roses de la viorne "Dawn", et dès février les jaunes de l'hamamélis, puis les crocus et les perce-neige, sans compter les jolies hellébores, ont privé le sinistre hiver d'un triomphe absolu. C'est tout au bénéfice de notre moral : il remonte en flèche au premier rayon de soleil à la vue de ces délicates beautés, précieux présents d'une nature pourtant si malmenée...

 

cliquer pour agrandir

Je veux fixer cette beauté, avec la crainte qu'un jour elle ne disparaisse. Vous me trouvez pessimiste ? Ce n'est pas dans mon caractère, au contraire j'essaie de voir toujours le côté positif des choses. Mais à force d'entendre autour de moi évoquer des catastophes imminentes, à force de voir l'inconscience et l'égoïsme forcené des hommes, j'ai peur. Nous vivons maintenant des saisons clémentes sur une terre généreuse, n'allons-nous pas bientôt regarder avec nostalgie cette époque, la nôtre, parce qu'elle aura disparu et tant de choses avec elle ? Une phrase de Gina Lazenby, auteure d'un livre sur le Feng-Shui, me paraît parfaitement illustrer ma pensée : "Les choses essentielles à notre qualité de vie sont aujourd'hui en péril. La beauté, la vérité, la foi et la nature subissent les assauts répétés de la violence, de la polllution croissante, de l'environnement dégradé."

La beauté que nous essayons d'ajouter au monde par notre scrapbooking ne compensera pas ces dégradations, mais elle peut (un peu !) les atténuer. Et surtout la créativité nous fait vivre plus intensément ("Créer c'est vivre deux fois !") et profiter pleinement de ce temps de répit où les oiseaux, les fleurs, les avions et les hommes peuvent encore se côtoyer dans l'insouciance...

Bonne journée, bon scrap,
Sabine