Que d'émotions dans vos derniers commentaires ! Je suis d'une nature plutôt réservée aussi je ne m'étendrai pas sur mes sentiments, mais je crois bien que j'avais les yeux humides en lisant. C'est sûr j'étais loin de m'attendre à un tel engouement pour ces images... Merci à vous pour ce chaleureux échange , en plus du super cadeau de savoir que ces dessins sont être au coeur de nouvelles créations ! Quant aux risques de "piratage" ou de vol évoqués par Joséphine, j'en suis consciente hélas, mais tout de même assez réaliste : une fortune n'est pas en jeu ! Le mieux que l'on puisse faire est sans doute, à l'exemple de Mimi, d'épingler des images dans notre Pinterest pour les rendre accessibles à tous, et contrer ainsi ceux qui voudraient en tirer profit...

Assez de bla-bla et passons aux choses pratiques : aujourd'hui un peu de rangement ! Chez moi il s'imposait pour les dies (= formes pour les machines de coupe). Je prends de plus en plus de plaisir à utiliser ces outils qui font des décos d'une finesse inégalable. Une fois la machine acquise, ils se révèlent bien plus avantageux que des perforatrices : coupe de nombreux matériaux, motifs plus fins, plus variés, disponibles en plus grande taille, utilisation plus étendue (n'importe où sur le papier), et encore une plus longue durée de vie. À voir de petits exemples sympas ICI. Et voici donc le classeur pour les ranger :

 

dies 01

Il s'agit au départ d'un classeur en kraft brut de chez Artemio à trois anneaux, solide et bien rigide : les dies sont toujours en métal, ils finissent par faire un certain poids ! L'extérieur est couvert d'un skyvertex blanc nacré que j'aime beaucoup (Artemio toujours), tandis que pour la tranche j'ai utilisé un morceau de cuir (enfin plutôt du simili) que j'ai passé à la machine de découpe en choisissnt volontairement des plaques trop peu profondes qui n'ont fait qu'entamer la matière plutôt que la couper complètement. Le résultat donne un dessin creusé dans le cuir, une espèce de ciselure très chouette mais malheureusement très difficile à rendre en photo, surtout avec du noir :

 

dies 04

Côté déco, Artemio toujours : fleurs et porte-étiquette en métal, brads et autocollants époxy, chutes de papiers, et un alphabet délicatement pailleté (bon, ça non plus ça ne se voit pas...)

dies 02

Bien sûr un classeur de dies doit aussi s'orner de décos coupées à la machine : étiquettes cuir et papier, ce dernier délicatement embossé le long de la coupe.

 

dies 03

Pour l'intérieur rien de compliqué : juste de beaux papiers "My Mind's Eye" :

 

dies 05

dies 06

Quant au rangement en soi, il est basé sur deux systèmes, suivant les modèles de dies. Parce que moi-même il n'y a pas si longtemps je me demandais ce que pouvais être un "die", et que je reçois régulièrement des questions en ce sens, les voici en photos :

dies 07

Et un autre modèle, pour des formes plus petites ou plus complexes qui ont besoin d'être maintenues :

dies 08

Dans un système comme dans l'autre, le papier (ou un autre matériau comme le tissu, le liège, le cuir, le plastique, la feutrine,...) est placé sur le die, et le tout entre deux plaques rigides qui vont être fortement compressées lors de leur passage dans la machine. Comme les bords des dies sont très tranchants -ce sont de petites lames- le papier se coupe à cet endroit. J'en profite pour rappeler que, à de rares exceptions près (dies particuliers très épais) TOUS les dies fonctionnent avec TOUTES les marques de machines : il faut seulement trouver le bon "sandwich", c'est à dire la combinaison de plaques à superposer pour obtenir l'épaisseur qui écrasera les dies juste ce qu'il faut : assez pour couper le matériau, pas trop pour ne pas détruire les lames. Seule limite : la plupart des machines se limitent au format A5, sauf la Happycut qui autorise un format plus grand, intéressant notamment pour l'embossage (mais ceci est une autre histoire...)

Si on revenait plutôt à notre rangement ? La suite est logique : à dies différents, systèmes de rangement différents ! Pour les premiers, la tendance du moment est d'utiliser des feuilles aimantées : le die tient tout seul, c'est facile ! Mais... Quand j'ai vu le prix de ces feuilles aimantées j'ai reculé. Une feuille, ça va ; s'il en faut dix, ça commence à faire mal. Si par chance j'ai quelques dizaines d'euros à consacrer au scrap, je les dépenserai plutôt... pour d'autres dies ;-) Et puis je me demande aussi comment s'organise tout ce petit monde une fois le classeur refermé, feuilles aimantées les unes sur les autres ? Bref l'enthousiasme n'y est pas, et j'ai donc décidé de m'inspirer plutôt de la façon dont les dies sont présentés à la vente. Dans l'emballage ils ne glissent pas, et pourtant il n'y a pas d'aimant ? La solution est d'une déconcertante facilité : juste un collant double-face, disposé en croix sur un carton rigide plastifié avant d'y appuyer les dies (plastifié, parce que sans ça le carton risque de se déchirer quand on détache le die). Et je vous assure que ça marche "du tonnerre" ! Mon classeur est terminé depuis plusieurs semaines, j'ai enlevé et remis en place certains dies plusieurs fois depuis, et rien ne bouge.

 

dies 10

 

Pour plus de sécurité, surtout parce que je voyage beaucoup avec mon matériel, j'ai glissé le tout dans une pochette plastique (réalisée selon le même principe que le classeur à tampons ICI). Et c'est im-pec-ca-ble !

 

dies 09

Si vous avez ouvert le lien ci-dessus pour le rangement des tampons clear, gardez-le à l'oeil : c'est exactement de cette manière que j'ai procédé pour classer les autres dies, ceux qui sont inclus dans une plaque (métallique ou autre). Une petite photo vaut mieux qu'un long discours : une pochette plastique, quelques traits de couture pour faire les séparations, de cutter pour libérer l'accès aux pochettes ainsi crées, et le tour est joué :

dies 12

Seule contrainte : les séparations seront les mêmes devant et derrière. N'oubliez pas non plus de glisser une feuille assez épaisse (style cardstock -pour ma part j'ai récupéré les pages d'un vieil album photo traditionnel) dans la chemise avant de piquer les coutures, afin de rigidifier l'ensemble, et rendre chaque côté indépendant.

dies 11

Gros plan sur les coutures, certainement pas des plus régulière. Cela ne me dérange pas...

 

dies 13

Il y aurait encore bien des choses à écrire sur les dies, sur la façon de les utiliser ou de les ranger, les avantages ou inconvénients. Il reste les plaques de gaufrage à ranger aussi.. mais ce sera pour une autre fois !

Je m'en retourne à la préparation des démos d'automne chez Creacorner, qui auront lieu ce week-end. Je vous attendrai samedi à Woluwé, et dimanche à Wavre, jusque 17H, pour qu'ensemble nous puissions y jouer les faussaires...

Bonne semaine, bisous ensoleillés,
signature