Ce dimanche était jour de fête nationale en Belgique, exceptionnelle à plus d'un titre. Au programme : les vingt années de règne d'un roi, son abdication, l'intronisation de son fils, avec en invité de marque le soleil ; même la traditionnelle "drache" (averse) nationale nous a épargnés ! Drapeaux, concerts, bals, réductions spéciales dans les magasins, défilé, feux d'artifice, les réjouissances n'ont pas manqué en ce jour radieux. Nos nouveaux souverains ont été accueillis avec un grand enthousiasme, et je ne résiste pas à vous montrer ces quelques clichés de notre jolie reine, très élégante et tout en simplicité comme à son habitude :

reine Mathilde

Une souveraine radieuse, et une belle mise à l'honneur du travail des talents de la couture en Belgique !

Après ce petit intermède mode, revenons au scrap, ou plutôt à la carterie (ben oui, nous sommes lundi...) Effet sans doute de l'été éclatant dans notre ciel depuis maintenant plus de trois semaines, une envie de fraîcheur domine mes réalisations du moment. Découpes simples, papier calque, couleurs tendres, chacune de ces cartes a été réalisée sur le même schéma : des motifs choisis tamponnés en gris ou rose + décos à la perforatrice rehaussées de quelques strass ou perles, le tout traversé par des points à la machine à coudre.

cartes calque 1

La première pour un anniversaire :

cartes calque 2

La seconde avec des coeurs pour un mariage :

cartes calque 3

La troisième pour un baptême :

cartes calque 4

La différence tient essentiellement dans le choix des tampons, adaptés selon les circonstances. Et les seules difficultés trouvent leur origine dans la nature du support pour les tamponnages, soit le papier calque, pour lequel deux précautions s'imposent :

- d'abord ce type de papier n'est pas du tout poreux, il n'absorbe pas l'encre : sous peine de "pâté" disgracieux il faut donc en mettre très peu sur le tampon, voire choisir un encreur déjà un peu usé (ici encre Mémento "London Fog" pour le gris, et Colorbox pigment "Coral" pour le rose.
- ensuite la transparence du calque peut aussi poser problème : le dérouleur "spécial Vellum" que j'ai utilisé la première fois a produit en séchant de très vilaines traces jaunes... Je ne peut donc que vous conseiller de tester votre colle sur un déchet ! Pour ma part, après quelques essais la palme de la colle la plus efficace et la plus discrète a été attribuée au "Marathon Runner" de la marque BazzillBasicsPaper : 30 mètres d'un dérouleur pourtant conçu pour les papiers Bazzill parfois récalcitrants à la colle, qui s'est révélé aussi efficace qu'invisible. Pas bon marché mais rechargeable, voici comment il se présente :

marathon runner

Il tient bien en main malgré ses 16 cm de long, et m'a donné une superbe confirmation de son efficacité en fixant rapidement et facilement, sans gondolement, des feuilles scrappées dans un album ; en effet je n'utilise pas de pochettes plastique et mes pages sont souvent de vrais puzzles avec un dos "in-montrable" (voir ICI), alors j'ai choisi de les coller sur des feuilles traditionnelles cartonnées, avec papier cristal pour le côté "précieux". Le double-face des magasins de bricolage convient aussi, mais il "accroche" tellement fort qu'on n'a pas droit à la plus petite erreur...

C'est sur ces considérations "collesques" que je clôture cet article. Vos idées, trouvailles, suggestions, sont toujours les bienvenues via les commentaires, et je ne manquerai pas de les répercuter dans un prochain article. Pour l'instant l'été est toujours radieux sur notre petit royaume, et il semble que ce ne soit pas fini, alors profitons-en !

Bisous vellum,
signature