Petite pause, entre une couche de couleur et un ourlet de tenture, pour vous livrer le petit pas-à-pas promis à la suite du dernier article. Comme beaucoup l'ont deviné, cet embellissement est créé très simplement à l'aide d'outils ordinaires :

Quelques phrases explicatives devraient suffir, je vous mets juste quelques photos, là où la "manoeuvre" risque d'être plus délicate...

- D'abord découper un cercle, d'un diamètre d'un demi-centimètre plus grand que celui désiré au final.

- Festonner le tour avec des ciseaux crantés. Bien sûr on pourrait le faire directement, mais il me paraît plus facile de suivre un bord déjà bien tranché. Rappel de la règle pour le découpage de précision : les ciseaux restent droits, c'est le papier qui tourne. Dans ce cas-ci la main qui tient le cercle va le faire pivoter au même rythme que se referment les lames crantées, pour un beau rond bien régulier et sans à-coups. Il faudra aussi veiller à aligner l'arrondi de chaque cran au bord extérieur du cercle. Un petit dessin vaudra mieux qu'un long discours :

Celles qui possèdent une perforatrice "scallop" seront dispensées de cette première étape (encore faut-il disposer de la taille souhaitée !)

- Pour la seconde étape, oui bien sûr c'est l'outil à oeillets ! Ou n'importe quel autre pour faire de petits trous... Et pour qu'ils soient bien alignés je vous conseille de tracer au dos de votre rond festonné un autre cercle, de diamètre inférieur, qui vous servira de guide afin de percer les trous à distance toujours égale du bord.

Patience et précision, mais rien d'insurmontable ! Un bon éclairage sera le bienvenu pour un résultat final convenable :

Il reste juste quelques petites "bavures" du papier à rectifier avec de fins ciseaux. L'étiquette noire du milieu a été imprimée à l'ordinateur : couleur de police blanche sur fond noir, voilà un effet-tampon qui me plaît bien ! Je le referai !

Et je vous quitte déjà, non sans vous avoir souhaité un excellent week-end, encore dans la neige et le froid pour la plupart d'entre nous. Courage et patience... surtout que nous avons de quoi nous occuper !

Bisous festonnés,